23 avr. 2013

SISYPHE REVISITE/JN BOUET CONTINUITE DU DESASTRE/D. LABEDAN

vernissage le 3 mai 19:00
lecture par Daniel LABEDAN uniquement le soir du vernissage 20:00
visites jusqu'aù 19 mai, sur rendez vous/06 12 04 78 79





"J'ai souvent abordé mon travail en gardant près de moi des préoccupations formelles et d'autres qui
ne l'étaient pas. Ces dernières se situent dans le registre moins palpable de l'idée ou, plus justement,
de la question. Toutes deux, je les ai conjointement placées sous la haute tutelle de mon émotion.
Parce que je ne cherche rien à démontrer et que c'est une vibration que j'appelle.Mais la quête de ce
sens qui n'est pas que plaisir du regard, je ne m'en affranchis que fort peu. Je cherche ainsi un
signifiant non dissocié du formel, mais qui je l'espère me désigne quelque chose d'autre. Loin de la
distraction ou de l'excitation d' un propos visuel plus ou moins complexe, plus ou moins séduisant .
Tout fait corps et tout relève de l'attente .
C'est souvent par mon action un peu confuse d'abord, que ce qui se réalise sous mes yeux, par mes
mains, me dévoile peu à peu ce dont je suis en train de parler. Puis comment je vais continuer à en
parler. Il y a ainsi des petites révélations. Mais provoquées.
L'intérêt pour ce personnage de Sisyphe, central ici, je l'ai toujours eu. Les héros des mythologies
n'ont pas été créés par hasard. Ils sont autant d'exemples sur lesquels la pensée s'appuie. Tout
comme les figures d'un christiannisme qui , pour l'occident, et qu'on y croie ou pas , sont des sujets
de réflexion incontournables. Les questions de l'existence sont posées là. Par eux pour nous. Et ces
questions elles se posent à moi, vivant.
Ce Sisyphe revisité m'est donc apparu lorsque j'ai commencé à choisir des oeuvres pour la Galerie
du Platane. En les plaçant dans un début de relation, j'ai vu un propos se construire. Qui était latent,
mais qui s'est développé. Il y a dans cette exposition des pièces de différentes périodes et les plus
anciennes avaient des pistes à me proposer, encore . Tout s'est lié stylistiquement et le feedback a
révélé ce qui restait une actualité . J'ai alors travaillé une sorte de ramification et une narration
poétique, détournée, impressionniste par touches allusives . Le titre de l'exposition s'est imposé de
lui-même et je l'ai entendu comme une partie de l' exposition , égal à n'importe quelle autre pièce.
Mon art n'est ainsi pas détaché de ma vie intime et de comment je la perçois après un certain
nombre d'expériences. Je dirai sans pudeur que comme Sisyphe, je peux être heureux en regardant
m'échapper ce que j'avais poussé jusqu'au sommet des monts. Et que mon travail d'artiste est un de
ces moments de surprise et de bonheur pour l'homme que je suis."
JN Bouet
Mars 2013
http://lixow.com/jean_noel_bouet

Daniel Labedan est issu d’une famille landaise. Il a vécu à Bordeaux, Paris, Toulouse, Marseille, où il a exercé divers métiers. Encouragé par Jean-Claude Pirotte, il se consacre désormais à l’écriture. Son premier roman, Mimizan plage, paru aux éditions de La Table Ronde, 2003, oscille entre meurtrissures et légèreté estivale. Il a également publié « Transatlantique » (éd. Les Carnets du Dessert de Lune, 2008) et « Central Cosmos » (Editions La Dragonne)
Un temps membre du comité de lecture de la revue Le Paresseux, il anime la revue en ligne Les Etats Civils: http://etats.civils.free.fr/



Continuité du Désastre/ Daniel LABEDAN/Cabaret Voltaire





Jean Noel Bouet
Construction pour Jonas, assemblage/construction/ 
240x105x90
2013









Jean Noel Bouet
"Energy Pick"
173x90 cm
technique mixte, mine de plomb sur toile et panneaux de bois assemblés
2010









Jean Noel Bouet
"62"
technique mixte sur toile
100x100x4 cm
2012





Jean Noel Bouet
"Sans titres N°1-2-3-4-5"
photo et calque sous verre
35x35 cm
1999




Jean Noel Bouet
"62"
(détail)
technique mixte sur toile
100x100x4 cm
2012



























Daniel LABEDAN
Continuité du désastre
2013










Daniel LABEDAN
Continuité du désastre
2013







Daniel LABEDAN
Continuité du désastre
2013




Aucun commentaire:

Publier un commentaire